Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Eric PETIT

Une semaine de cinéma (et de vacances) (11)

 

Jour de pluie, jour d’affluence. Voir un film en attendant des jours meilleurs. Le cinéma comme passe-temps.

                                queue

 

Juste une ondée, finalement.  Lectures ensoleillées. Rattraper le retard. Consommer le papier qui s'accumulait.

 

           lecture2                style1

 

«  La voix a un timbre, des intonations, un débit, un rythme ; et cependant elle tisse du langage, elle n’est pas indépendante de l’expression dans laquelle elle se manifeste. Le style, c’est un peu cela : un rapport avec une matière déterminée qui signe une subjectivité, qui est l’indice d’une subjectivité. Vous remarquerez que, si le style est involontaire et spontané, il est aussi l’objet d’un travail comme peut l’être la voix d’une chanteuse ou d’un comédien ».

 

Ayé ! Lu. Arrivé au terme des (presque) 1000 pages. Comme une plongée en apnée dans un univers complexe, riche et passionnant.  N’aide pas à comprendre ce qui sépare la fiction du réel. Troublant à souhait. Quelques kilos en plus dans le sac de plage et quelques brins d’herbe du jardin coincés entre les pages.

JLG2

Le style, ce n’est pas que le choix des mots, la longueur des phrases, la ponctuation, en littérature, ni la longueur des plans, des angles de prises de vue, des focales, le travail du son et autre choix de comédien, au cinéma. Le danger est de tomber  dans le truc, le procédé, le tic, l’artificiel. On se parodie. On devient Lelouch ou le pire cinéaste américain, ou bien Duras dans ses derniers livres. Le style, c’est aussi et surtout, le sujet que l’on veut aborder, l’histoire que l’on déroule. L’atmosphère que l’on propose. Peu d’artiste, de véritables créateurs,  restent fidèle à leur ligne de départ. L’œuvre d’une vie est de travailler son style, travailler le bout de bois jusqu’à l’épurement complet. Alors bien-sûr, on risque de ne plus être suivi par quiconque, ne plus être compris et finir dans la grande solitude. Mes deux anges tutélaires (et pères castrateurs par la même occasion) en sont un bon exemple. Céline et Godard n’ont pas dévié leur parcours d’un pouce. Ou presque. On voit aujourd’hui où cela les a menés.  C’est magnifique, souvent difficile à comprendre et d’une noirceur infinie.

 

Le régional de l’étape. Film tourné sur les lieux de mes vacances. Plages, rues, gens. Expo de photos prises sur le tournage à la gare routière. Le gros Depardieu / Obélix / Viking / retraité / sur une grosse et vieille cylindrée des pays de l’Est. Un programme. On ira à la prochaine averse… l’orage s’annonce.

 mammut1mammut2

 

Ayé aussi !  Avatar est arrivé chez les épiciers et les camelots. Il parait qu’il manque 2 scènes. C’est fait exprès. Le film complet ressortira à l’automne. J’attendrai la version 3D pour acheter le DVD.

 

                                                                                                                                                                                     

             avatar lidl2              avatarleclerc

 

                                      avatar lidl1

 

Après une longue journée de plage, une bonne nuit remplie de rêves cinématographiques s’impose.

 

                                         reves

 

Une semaine de cinéma (10)

Commenter cet article