Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Eric PETIT

Ne pas se rendre dans une salle obscure pendant plus de 30 jours c’est possible. Je l’ai fait. Même pas mal. Le temps file et les choses évoluent très (trop)  vite. Le cinéma continue à perdre de sa suprématie. Un médium parmi les autres. Le film, comme un contenu au milieu de la mêlée.  Après tout, cessons d’être arrogant, rentrons dans le rang.

Les salles de cinéma se tournent  vers ce que l’on appelle le « hors film » : retransmissions de spectacles vivants, matchs de foot, de rugby, de tennis. La 3D est aussi passée par là. Faire d’une salle de projection, un lieu de vie, de rencontres, de fêtes. Pas choquant. Perdre son statut de temple et lui  donner une fonction sociale plus large, pourquoi pas ? Faut juste se mettre d’accord … savoir si l'on peut continuer à appeller ce lieu « cinéma ».

Les investissements engagés pour la numérisation des salles sont très lourds. Amortissons, amortissons. Les aides officielles sont bien là … mais ne suffisent pas. Ce n’est donc pas forcément le cinéma qui en profite pleinement. Dommage. Et puis mobiliser une salle pour y retransmettre un match de foot en 3D aux jours et aux horaires où les films de cinéma sont interdits de séjour sur les chaînes principales ne parait pas très logique.

On dit aussi qu’il n’y a plus assez d’écrans pour accueillir les 600 films qui sortent chaque année en France. Pourquoi ne pas réquisitionner les stades pour les projeter ? On finira enfin par bien marcher totalement sur la tête …. Complètement …. C’est apparemment le but, non ?

                                                                       ipad

 

Les temps changent et moi avec.  J’ai acheté mon premier film en téléchargement légal et payant. Tout arrive !!!  J’ai résisté longtemps.  Ordinary People est un cas de force majeur. Ce film m’avait beaucoup impressionné lors de sa découverte en salle. Ses images me hantaient, revenaient régulièrement  à ma mémoire confuse. Je voulais revoir ce film. Il n’était plus en salle, pas encore disponible en DVD.  Je ne savais pas encore si le rythme posé du très beau film de Vladimir Perisic allait supporter les conditions de visionnage imposées par le petit écran d’ordinateur.  Serai-je assez concentré pour aller au bout du film ? Je ne le saurai jamais. Par deux fois ma « petite projection » a été interrompue. Et puisque je n’aime pas reprendre un film là où  j’ai été obligé de le stopper et que j’aime les œuvres dans leur continuité et leur durée d’origine, par deux fois je l’ai repris au début.  J’attendrai donc qu’il repasse dans une salle. Je sais qu’il est là, sur un de mes disques externes, qu’il m’attend, comme les DVD sagement alignés sur mes étagères. Peut-être que de temps à autre, j’irais lui faire un p’tit coucou et placerais le curseur au hasard,  juste pour savourer une séquence. Une seule, pas plus.  Quoi qu’il en soit, je vous conseille expressément l’achat de ce très beau film qui m’avait inspiré une vidéo. Peut-être que vous aurez plus de chance que moi pour le visionner.

Pour acheter le film en VOD:
Le site Univers Ciné propose en supplément (gratuit) un long entretien filmé avec Vladimir Perisic.
"Ce qui se passe dans un film se joue entre l'écran et le spectateur, pas sur l'écran"
Cliquez sur la photo du film pour acheter le film ou / et écouter les propos du réalisateur.
Ordinary-People 001

Commenter cet article